Ecolibri : un pas vers une 2e vie de l’énergie.

Durant le workshop des Ateliers du Quartier de la Création à Nantes (voir article précédent), une équipe de sept étudiants de L’École de design Nantes Atlantique ont travaillé autour du projet Open Source Energy.

Ce workshop, organisé aux halles Alstom, en partenariat avec l’association PING et son Fablab, a rassemblé plusieurs dizaines d’étudiants de diverses écoles (beaux-arts, design, architecture…) autour de thèmes de développement d’espaces et de lieux de vie futurs (logement étudiant, compteur ERDF intelligent, couloir urbain, muséographie au musée d’histoire naturelle de Nantes, coworking…)

4-P1090340

8-P1090293

En prenant comme base les modules ENERCAN en cours de conception, l’équipe « Energie et économie » a mené un travail de réflexion sur l’intégration et les usages de ces modules dans l’habitat.

A partir du postulat qu’une maison individuelle (100 m2, famille de quatre personnes) pouvait fournir une quantité d’énergie significative, l’équipe a exploré l’ensemble des sources potentielles d’énergies, à la fois primaires (issues directement de la valorisation d’un élément environnemental) ou secondaires (en marge d’une activité existante).

L’objectif est de permettre de transformer une certaine quantité d’énergie pour des usages définis en la rendant facile et plus accessible tout en rendant bénéfique des pertes d’énergies omniprésentes et en valorisant des sources oubliées. Il ne s’agit pas de créer de l’énergie en surplus, alimentant un gâchis énergétique déjà existant mais de produire une électricité locale sur une petite infrastructure secondaire (à tension réduite) pour alléger l’impact global de notre consommation en y intégrant un certain pourcentage de sources renouvelables hyper-locales.

 Une longue liste a ainsi été rédigée et a donné naissance à une classification spécifique des énergies disponibles. Deux catégories ont été établies :

–          D’une part, la récupération d’une énergie passive via les activités liées à la personne (sans effort supplémentaire nécessaire) et via le matériel (énergie perdue).

–          D’autre part la récupération active d’une énergie potentielle non exploitée (issue de l’environnement proche).

6-P1090304

A partir de cette classification, sont nées des pistes innovantes de récupération de ces énergies. En ne perdant pas de vue la faisabilité des systèmes, plusieurs solutions ont été avancées et sélectionnées :

–           Valorisation d’eau de pluie stockée en hauteur : récupération multiple de l’énergie mécanique par une turbine sur toute la hauteur d’un batiment.

–          Transformation des mouvements des humains lors des phases de sommeil ou d’activités récréatives : transformation des mouvements en énergie électrique grâce à de multiples composants piézo-électriques.

–          Récupération des pertes calorifiques (chaleur) des appareils électroniques : utilisation de supports équipés d’éléments thermoélectriques (éléments Peltier).

De cette étude est ressorti le besoin de rendre visible cette énergie abondante qui nous entoure. La multiplication des sources d’approvisionnement ne permet pas de rendre compte clairement de la production d’énergie.

Les étudiants se sont alors intéressés aux moyens de rendre visible de cette manne énergétique. Un schéma de principe a alors été établi en définissant les échanges entre les modules :

Production d’énergie décentralisée pour une utilisation locale

//

Centralisation des données pour une visualisation optimale.

Leurs efforts ont alors été concentrés sur un outil de représentation de cette énergie et des gains associés à la valorisation des pertes. Le cadre de recherche a évolué de l’habitat individuel vers l’habitat collectif afin d’optimiser les installations par des économies d’échelle. La production d’électricité, auparavant centrée sur l’espace privé, a été transférée dans les parties communes (escaliers, portes, ascenseur, toit…). L’énergie transformée est alors utilisée pour l’éclairage de ces dernières. Ainsi, les fruits de l’action d’une communauté reviennent directement à la communauté en créant du bien commun sous la forme d’une réduction globale et égalitaire des charges de copropriété en fonction de la quantité produite.

1-P1090355

Dans ce cadre, la représentation de l’énergie est nécessaire pour permettre l’adhésion de la communauté à la démarche et entretenir leur motivation par un retour concret sur les efforts réalisés.

L’équipe a alors conçu deux objets permettant de représenter ces gains énergétiques à plusieurs niveaux de détails. Un débat animé a abouti à la nécessité d’inclure de l’empathie à l’objet créé pour permettre une meilleure acceptation du système.

5-P1090337

Ils ont alors dessiné un arbre dynamique qui par un remplissage par incrémentation montre les gains d’énergie réalisés sur un mois. Une animation actualisée, présentée près ou dans un lieu d’attente (ascenseur), donnera une vision détaillée des résultats obtenus. Les économies réalisées par rapport à une consommation théorique ne faisant appel qu’au courant du secteur (220V) seront ainsi rendues visibles.

2-P1090353

3-P1090343

Leur projet, baptisé ECOLIBRI à partir de la légende du colibri dans laquelle chaque goutte compte, est dans le principe parfaitement envisageable dans un parc immobilier conséquent. L’étude menée n’avait pas pour but de fournir un produit fini parfaitement intégré dans un environnement économique et juridique donné mais de montrer une voie nouvelle dans la transition énergétique.

C’est chose faite grâce au concours de ces futurs designers. Cette piste ouvre bien des perspectives pour le projet Open Source Energy. La confrontation des cultures propres à chacun a nécessité une véritable ouverture d’esprit et un réel challenge pour l’équipe d’Open Source Energy notamment dans l’établissement d’une vision partagée commune. La chasse aux « allants-de-soit » a ainsi été au cœur des échanges pour que chaque membre de l’équipe travaille dans le même repère.

L’ensemble des travaux réalisés ont été présentés lors d’une conférence le vendredi. Chaque groupe disposait d’un temps maximum de cinq minutes pour retranscrire des jours de travail mais le résultat était là.

Téléchargez la présentation (version PDF): Presentation Ecolibri

Un grand merci et bravo à Bérénice Mensier, Jeremy Heno, Maxime Coude, Thibault Rouganne, Aurélien Trichereau, Arthur Ripoche et Sylvain Toldo pour leur travail et leur implication.

L’équipe d’Open Source Energy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s